La promotion 2002, avec une mention spéciale à la veste trois-quart d’Amar’e Stoudemire.


Tous les ans au mois de juin, a lieu la draft NBA (National Basket Association), la grande loterie qui attribue aux différentes franchises le droit de choisir un jeune joueur en fonction de leur classement de l’année écoulée. C’est donc un jour spécial pour tous les protagonistes, qui se mettent sur leur 31. Pour les dirigeants de franchises et les officiels de la NBA, rien que de très normal. Mais l’histoire devient vraiment intéressante quand on se tourne vers les jeunes joueurs, qui sortent en majorité de la fac, parfois d’un club et quelques fois même du lycée.

Every year in June, takes place the NBA Draft, a lottery which allows the franchises to pick a young player depending on their rate of the past season. In other words, it’s a very special day for all the protagonists, who used to sport their best outfit for the occasion. For the owners and NBA officials, business as usual. Story becomes very interesting when you have a look on the potential rookies.

Sans doute animés par le désir de ne pas passer inaperçus au milieu de futurs employeurs, les jeunes pousses se lachent. Avec des résultats souvent surprenants, toujours très étudiés, et pour le plus grand plaisir des observateurs sportifs américains, qui décernent chaque année la palme de l’élégance et du mauvais goût, (voir ici, ici, et ici).

Obviously, they want to impress their future employers and it leads them to suprising choices. Each year, American sport analysts used to award bad taste prices (see here, here and here).


Étant donné les proportions des loustics, le moins que l’on puisse dire c’est que cette journée frappée du sceau de l’élégance fait les beaux jours des tailleurs américains et dope chaque année la production mondiale de laine.


Given the measurements of the babies, this XXXXL suits day boosts the world whool production every year.

 

Ronnie Brewer a craqué pour un baggy bleu cyan de location (d’où les ourlets) – 2006

 

Une veste 5 boutons et pochette 4 pointes pour Dwight Howard – 2004

 

Une cravate chicanos du plus bel effet (Jalen Rose – 1994)

 

Shaquille O’Neal en veste croisée, pochette à deux pointes et cravate fine bariolée – 1991

 

Chapeau Homburg retro et total look crème pour un Samaki Walker plus jazzy que jamais – 1996

 

Costume ajusté et cravate lavande pour Brandon Jennings – 2009

 

Un raffinement très british, coloré mais chic pour Wesley Johnson – 2010

 

Dernière parure en apothéose pour Chuck Person, qui a enfin trouvé un moyen de recycler son costume de bal de fin d’année – 1986