Albert Simonin est une icône de la deuxième moitié du XXème siècle, et accessoirement le bienfaiteur absolu de l’argot. Fasciné par le milieu et les voyous, il s’est très tôt passionné pour le pendant populaire de la langue française et l’a minutieusement mis en musique tout au long de sa vie.


Albert Simonin is a second half of XXth century’s icon, and above all the strongest benefactor of french cant. Fascinated by french « voyous », he dedicated his life to their language. 

 Journaliste et romancier (Touchez pas au grisbi 1954, Le cave se rebiffe, 1954, L’Élégant, 1973, …), il a préfiguré le mordant des dialogues d’Audiard (de 15 ans son cadet) avec lequel il a ensuite collaboré sur Mélodie en sous-sol (1962) et Les Tontons flingueurs (1963). Ses créations sont truffées de punchlines tranchantes qui ont autant contribué à faire vivre cet art de la gouaille qu’à en donner un instantané précieux. Mais Albert ne s’est pas arrêté là, puisqu’il a publié en 1957 une somme sur l’argot : Le Petit Simonin Illustré. L’ouvrage ne se contente pas de recenser tous les mots, d’y affecter une définition et parfois un dessin, mais circonstancie chaque expression, chaque verbe, à l’aide de savoureux exemples. Avec son précis d’argot, Simonin a atteint son but : immortaliser l’état d’un dialecte populaire par définition si mouvant. Ce rigoureux travail sur l’argot, et au-delà sur le mode de vie d’un « milieu » qui faisait fantasmer son époque, n’a pas perdu une once de son charme avec les années.

Journalist and novelist (Touchez pas au grisbi 1954, Le cave se rebiffe, 1954, L’Élégant, 1973, …), he foreshadowed the sharp dialogues from Audiard movies. He worked with him on Mélodie en sous-sol (1962) and Les Tontons flingueurs (1963). His creations are crammed with curt punchlines which contributed to maintain alive this old-fashioned way to speak. But he did more : in 1957, he published a summa on french cant, « Le Petit Simonin illustré ». He brought définitions, most of the time an illustration, but above all, he produced examples and circumstances about this forgotten expressions. He definitly achieved his aim : immortalize a popular and moving dialect. His works hasn’t aged, and we wanted to share it with you.



En bonus, la bande annonce du film Touchez pas au grisbi, de Jacques Becker (1953), l’adaptation du roman du même nom écrit quatre ans plus tôt par Albert Simonin, par ailleurs scénariste du film.