Tout le monde a eu porté, porte, ou portera un jour une « bacchante ». Cette assertion concerne aussi le beau sexe, à condition qu’il ait la sagesse de survivre à un nombre d’années suffisant. Qu’elle soit fine comme un bretzel ou épaisse comme un Depardieu soixantenaire, elle est invariablement un attribut qui ne passe pas inaperçu et agrémente un visage.

Pour illustrer ce nouveau mot distingué par Albert Simonin, nous avons fait appel au meilleur typographe de tout Lutèce, Mathieu R. 


Everyone wore, wear, or will wear a « bacchante » once in his life. It can be fine like a bretzel or thick like Depardieu in his sixties, but it is an esssential attribute which can’t be neglicted and brighten up a face. 

To illustrate this word distinguished by Albert Simonin, we asked to the best typographer of Lutetia, Mathieu R.


 


 

Copyrights : Albert Simonin, Le petit Simonin illustré. Le littré de l’argot (1957), Editions Les productions de Paris.