Après Nicolas Sarkozy, François Bayrou et Philippe Poutou, c’est au tour des autres candidats masculins de passer dans notre cabine d’essayage. Moins clinquantes qu’un relooking du genre magnifaïque, ces propositions de silhouettes présidentielles sont à appréhender comme des petits tapas de saison, la possibilité de faire tomber les costumes austères et d’aborder le sprint final bien dans ses sapes, sans auréoles.




François Hollande se rebiffe. Fini les faux airs de gnocchi, “Le changement c’est maintenant” et ses bourrelets ont été les premiers à s’y plier. Le seul mec français passé tout près de devenir  « première dame » a décidé de reprendre les choses en main. Fort d’une remise en forme express, l’ancien Premier Secrétaire du PS est entré en campagne aussi affûté qu’un danseur étoile un soir de ballet. Et qui dit métamorphose physique, dit nouvelle garde-robe. Le Flan de Corrèze a rendu son costume trois pièces fatigué au Secours populaires d’Épinay. Désormais complètement à l’aise, on le verrait bien étrenner sa fine silhouette dans les matières légères et couleurs pastel de la Maison parisienne Kitsuné. Toute l’audace d’une veste printanière à carreaux et d’une chemise Oxford bicolore, les lignes droites d’un chino ajusté, autant de détails, on ne peut plus sages, qui donnent au candidat socialiste des atouts de taille pour chasser sur d’autres terres, et séduire un nouvel électorat jusque sur les plages de La Baule.

Débouler à la tribune au soir du 22 avril dans un
 ensemble blanc farine ? Si oui, François = BOSS.



Nicolas Dupont-Aignan, ce doux rêveur. Éperdument amoureux des vestiges de cette vieille France, où être au volant d’une Citroën DS pouvait encore imposer le respect, le président de Debout la République compte bien redonner ses lettres de noblesse à la Nation. Au diable la modernité, et surtout ce satané carcan européen, qu’il rêverait de faire sauter. Cette vision empreinte de nostalgie trouve un écho dans l’esprit de la dernière collection des Britanniques de YMC. Le plus gaulliste des candidats de la cuvée 2012 pourrait fièrement s’afficher dans quelques-unes de ces tenues d’antan, qui nous donneraient presque envie de nouer violemment un pull taupe sur nos épaules, d’enfiler des sandales en cuir, et d’aller prendre part à l’une de ses “missions civilisatrices” auprès de peuples égarés.



Ok, Jean-Luc Mélenchon a le vent en poupe, mais s’il veut passer à l’étape supérieure et quitter la troisième marche du podium pour les cimes qui le conduiront à l’Elysée (ou ailleurs), il faut qu’il tombe le costard. On lui propose donc d’aligner une bonne fois pour toutes son vestiaire sur sa condition de “candidat du peuple”. L’Internationale de l’élégance mérite mieux que quelques cravates rouges et un slogan qui fait rimer belle avec rebelle. Une silhouette workwear comme celles de la dernière collection de Nexus VII enverrait un message autrement plus percutant à la masse silencieuse des indécis et assiérait définitivement sa légitimité auprès de la gent ouvrière : eh oui camarade, un président qui n’a pas peur de se pointer en conseil des Ministres avec des sapes de travailleur qui met les mains dans le cambouis, ça inspire forcément confiance et ça donne envie de serrer sa paluche, même un peu sale. Et puis on ne serait pas contre voir le port du jeans devenir un droit inaliénable, inscrit dans le préambule de la constitution de sa VIeme république.



Jacques Cheminade est un ovni. L’un des engagements phares de la campagne du micro-candidat (il flirte encore avec un vilain 0% d’intentions de vote) c’est de raccourcir la durée du trajet entre la Terre et Mars. S’il a de grands projets pour faire exister la France à l’échelle de la galaxie, ces derniers lui valent aussi d’être étiqueté comme le candidat du troisième type. On doit avouer qu’à la vue de la collection Painkiller de l’été prochain, notre sang n’a fait qu’un tour : celle-ci est inspirée par 20 000 lieux sous les mers et les romans d’aventures de Jules Verne. On vous épargne la blague sur les tréfonds des sondages et on se dit que le célèbre écrivain de science-fiction, l’ambitieux candidat et les designers de la collection ont ceci en commun d’emmener le débat bien au-delà de notre atmosphère. Les matières sont légères et antitranspirantes, ce qui est plutôt pratique pour notre homme étant donné qu’on ne sait jamais comment peut réagir le déo sur Mars. La dominante de bleu, comme l’eau qui foisonnait sur la planète rouge il y a quelques années-lumières, devrait rappeler de bons souvenirs à ses pensionnaires, et nous assurer une place au soleil dans le prochain gouvernement pan-universel.




We had Nicolas Sarkozy, François Bayrou and Philippe Poutou, now it’s the other male’s candidates turn to swap clothes in our fitting room. A bit less radical than Extreme Makeover, these presidential silhouettes are served like a dish of tiny tapas. Their last chance to take off their sever suits in a final attempt to put on fresh and sweat-stains free clothes.


François Hollande plays the rebel card. His gnocchi look is definetely over as he is now claiming for “ The change is now”… Also, his no-longer-yet-famous fat rolls have to adapt to the slogan. The only french guy that close to become a “first lady” (remember Ségolène Royal’s fail in 2007) decided to take his responsabilities. Boosted by the outlooks of a quick diet, the former First Secretary of the french Parti Socialiste (PS) started his campaign with the body of a ballet dancer. Hence, he also changed his wardrobe. Now he’s comfortable, and we’d see him wandering in his slim silhouette with light fabrics and pastel colors like the one in the lookbook of parisian Maison Kitsuné. The boldness of a spring tea time jacket and a classic bicolor shirt, the straight lines of a chino. These are the best advertising claims the socialist candidate can launch to hunt on ennemy’s territory; to catch new voters’ attention — Those who may come at his hypothetical first garden party at 55 Rue Faubourg Saint-Honoré.


Nicolas Dupont-Aignan is such a dreamer. Madly in love with an old picture of what France should be, the president of “Debout la République” wants to give a reputation back to the Nation. He prefers to place all of one’s hope in ancestor’s values, and wants to free the country from its european’s stranglehold. A nostalgia finding an echo with the last collection of YMC. And guess what? The most patriotic challenger of the french 2012 P.E’s could totally wear with pride these yesteryear’s like clothes. We love this combo–a sweater tied up around the neck, slash, sandals: weird, curious, but trendy. And can you see him spreading wisdom to foreign countries in camo bermuda-shorts? He’s leading, we quote: “ A campaign to civilize”, so we guess the answer is Yes.


Jean-Luc Melenchon is on the crest in this campaign, but since he aims at finishing at l’Elysée, he has to give up the suit. We suggest he finally matches his wardrobe with his lower class values. The 3th Internationale of the elegance deserves better than two red ties and a cheap ass punchline. So there, the guy has a strong message to send to french working class people and Nexus VII’s new collection is its the perfect medium. Full Denim, that is what we are talking about, big sweat for hard-workers.


An U.F.O, that’s what Jacques Cheminade is. Keep in mind that one of his campaign’s promise is to shorten the travel time between planet Earth and Mars. Although he has big plans for France on a galaxy scale, and hey it’s not just something, he remains misunderstood. So Jacques, let the Third Kind encounter of style abduct you and get into this Painkiller SS 12 collection which “20 000 Leagues Under The Sea” and french sci-fi novelist Jules Vernes were the inspiration for. Along with light and anti-perspirant fabrics (a good choice since you never know how spray is going to react on planet Mars), this blue dominant in the collection may evoke water that use to spring on Mars millions of light-year ago. Please Jacques, be a sport and keep a room for us in your next intergalactic government.


Voir aussi la première mouture du relooking présidentiel.

Textes GD / GM  Illustrations AP