Monterrey (nord du Mexique) un samedi soir. Des équipes de jeunes locaux se succèdent sur la piste de danse au rythme d’une techno étrange. Les chorégraphies mélangent country, hip-hop et parfois même des gestes qui nous rappellent l’éphémère tektonik. La chemise bariolée et rentrée dans un slim collé-serré est de rigueur. Mais la véritable attraction du rassemblement, ce sont ces bottes pointues que portent les danseurs. La plupart sont fabriquées à la main par certains d’entre eux, toujours avec des formes inattendues.


Ces esthètes en santiag’ sont appelés les « tribal cow-boys », du nom de la musique sur laquelle ils se trémoussent. Erick Rincon et DJ Otto, deux « compositeurs » stars, font office de figures de proue de ce mouvement qui a traversé depuis quelques mois la frontière américaine.

Des ados mexicains fan de techno qui revisitent la tenue du cow-boy avec la même demi-mesure que Xzibit dans Pimp my ride, le tout en dansant dans une arène à la mi-temps d’une corrida ? Approuvé.


PS : VBS.TV a consacré un reportage à ces jeunes passionnés, à voir ici.