Comme en témoignent les portraits d’archives de Maharajas, les Indiens ont toujours eu l’art et la manière d’orner leur boss de très belles choses. Turbans pimpés de colliers de perles, boucles d’oreille, étoles de premier choix, leurs panoplies faisaient de ces puissants des véritables divinités du style. Des siècles plus tard, l’engouement de la communauté pour le bien habillé est resté intact. Quand on foule le sol britannique (où vivent plus d’un million d’Indiens) il n’est pas rare de croiser de jeunes sikhs portant turban et barbe de sage arborer fièrement des complets des plus raffinés. C’est cet amour de la sape qu’a décidé de mettre à l’honneur le magazine anglais ID dans un édito de son Summer issue.



Le photographe germano-turc Timur Celikdag met en scène de jeunes sages habillés des pièces des dernières collections homme dans un décor so british. Entre une paire de moccasins YSL, un trench Prada ou un poncho imprimé Dior Homme, les silhouettes sont saupoudrées d’une touche de tradition avec le turban, fil rouge de l’édito. La muse de Wes Anderson, Waris Ahluwalia, n’a qu’à bien se tenir.












According to past century’s maharajas portraits, Indians always had the sense of fashion in matters of bosses’ style. Pimped turbans, earrings, first choice fabrics, their outfits made them true gods of style. Nowadays, the community’s craze for nice clothes is still intact. In England, you often cross young sikhs wearing turban, wise beard, and refined outfits.

This appetence for well-dressing is honored by the last ID issue (Summer one). The photographer Timur Celikdag sets in very british places sikhs youngsters dressed in the latest men collections’ pieces. YSL loathers, Prada trench, or Dior Homme printed poncho are sprinkled by small touches of tradition with the turban. A must-see.




AP