©LBT


On retrouve souvent la chemisette au centre des débats bon goût/mauvais goût, alors que sa grande soeur la veste à manches courtes est rarement citée à comparaître. Monnaie courante en Afrique noire, il est relativement rare d’en croiser de ce côté-ci de la Méditerranée, hormis dans quelques quartiers africains à Paris.
Imaginez un été chaud, ajoutez 10 degrés, et vous êtes encore loin de la chaleur qui règne souvent en Afrique. Porter un costume dans de telles conditions peut rapidement devenir une torture, d’où l’apparition d’une version allégée de cet attribut par excellence du monde des affaires et de la politique. Le choix d’un modèle manches courtes est ainsi motivé par l’envie de se soustraire autant que possible à ce gros ventilateur d’air chaud qui vous suit partout, tout en restant élégant.


Alors qu’avec un costume classique la chemise est incontournable, sous un modèle manches courtes, il s’agit de s’adapter : tee-shirt, tricot de peau, marcel, voire torse nu pour les plus téméraires (le président tchadien Idriss Déby par exemple).
On s’en est procuré un et on l’a testé en soirée.

Short sleeves shirt’s class is often discussed, but its cousin the short sleeves jacket is more discreet. Contrary to black Africa and few african boroughs in Paris, it is very complicated to get one in Europe. To understand its main interest, you have to imagine a hot summer, and add 10 more degrees to get close from the african heat. Wear a suit can really become a nightmare in such a weather. That’s why a lightened version of this business’ attribute was invented. The lighter the better, but still elegant.


With a regular suit you can’t avoid wearing a shirt, but the short sleeves’ one compels you to adapt : tee-shirt, tank top, nothing but your hair (Tchadian president, Idriss Déby, chose his sides). We got one and tried it during an afternoon in Paris.



       

 


         

 


         



(Photos GD)