Primark débarquera bientôt en France, et les bloggeuses mode ont déjà commencé à se pisser dessus de bonheur (ici ou ). Pour ceux qui ont régulièrement cotoyé l’enseigne chez nos voisins européens la réaction est plus mesurée. S’y retrouvent généralement touristes déconcertés et autochtones en quête de bonnes affaires. Au fil des rayons, chacun laisse tomber ses bonnes manières et l’assaut est lancé pour gratter à tout prix quelques précieux pounds en caisse. Plongée dans la moiteur bordélique d’un souk à l’anglaise.











Pénétrer dans l’antre du shop d’Oxford Street à Londres peut s’apparenter à un véritable défi, un Man vs. Wild à la sauce UK. Noyé dans l’infini achalandage de paires de bateaux dont l’odeur caoutchouteuse se mèle au parfum enivrant du “déo” sport du vigile posté en haut des escalators, l’endroit en est presque suffoquant. Cela dit, chiner, faire son chemin et se débattre dans des amas de fringues pour débusquer une ou deux pièces qui feront la diff’ a son charme. Le panier que l’on aurait aimé troquer contre un vrai caddie de supermarché pèse déjà un âne mort. Qu’à cela ne tienne, la sélection en passe par là.












Du maillot à palmier pour se la couler douce à la pistoche, au tee shirt grossier de Bruce Lee prêt à en découdre, en passant par la chemise col blanc du trader en mal de dividendes, le discounter irlandais peut refaire la garde robe de tout un peuple. L’élégance ici n’est qu’une affaire de choix. Toutefois ne pas crier victoire trop vite, reste encore le purgatoire de la longue attente vers les caisses.






Primark is arriving in France. We barely hear the chicks screaming, but the ones who tried the Irish shop in Europe, the reaction is more balanced. Generally you can find there some disappointed tourists and locals looking for good deals. Inside, good manners disappear and the war against the pounds is everywhere. A dive into a moist and messy English souk.


Enter the Oxford Street store in London is a true challenge. Sort of a Man vs. Wild revisited by the britons. Due to plastic smells of an army of boat shoes and door keeper’s deodorant fragrances, the place is barely suffocating. Nose around in mountains of clothes to find few fine articles is still possible. The basket is now so heavy that we would love to switch it against a true trolley.


From palms-printed swimsuit to take it easy at the swiming pool, to the Bruce Lee tee-shirt, including the trader’s white-collar shirt, the Irish discounter can provide the wardrobe for a whole nation. The elegance here is a matter of choice. But it’s too soon to claim victory, a purgatory of a huge queue is still separating you from the fresh air.




Texte & Photos JE