Année création : 1987 / Nom complet du modèle : Air Max 1 / Prix : 140 euros
///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
Les + : Absorption des chocs inégalée / Robustesse / Coupe technologique « qui vient de la rue »
//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
Les – : Dangereuse addiction du pied au confort / Faible aération / Coupe   » trop sport  » selon ta meuf


Aujourd’hui, on vous prend par le pied, direction les rives majestueuses du Bosphore. C’est dans les rues stambouliotes qu’on a décidé de tester une icône urbaine, la Air Max 1. Pour cette excursion en terre ottomane, plus proche d’un cross-country que d’une balade du dimanche, mieux valait être confortablement chaussé. Émincés de veau grillé et sauce blanche plein la bouche, les pieds molletonnés dans ces souliers à bulles, on a battu le pavé byzantin jusqu’à l’épuisement. Et le verdict est tombé : Tinker Hatfield, designer « swoosh » et accessoirement génie qui a pondu la One, sait définitivement comment bichonner nos panards.



 


Première escale devant la basilique Sainte Sophie. Les kilomètres parcourus depuis l’aéroport ont été engloutis sans sourciller. Le pas vif et léger, on est littéralement portés par l’héritière de la Waffle. Le chemin a beau être accidenté, les coussins d’air, les premiers à être visibles sur des running, inspirés par l’architecture du centre Beaubourg, remplissent efficacement leur rôle d’amortisseur à tout épreuve. Ça commence à chauffer dans les chaussons au moment où l’on s’apprête à s’aventurer dans le palais de Topkapi. Mais la pause attendra, on n’est plus maître à bord : une démarche chaloupée vaguement “banlieusarde” nous a envahi, bien décidée à prendre en otage nos pieds et “dérouler” comme il se doit dans les couloirs sinueux du temple.




Après avoir flané dans le Modern Museum, et constaté que 8 heures de vadrouille n’avaient enfanté aucune ampoule, on s’est quand même octroyés un petit moment de détente. Et qui dit chill à Istanbul, dit nécessairement vapeur d’eau bouillante. Quelques foulées dynamiques auront suffi pour dévaler les rues de Beyoglu, et se réfugier dans le Hammam de Tophane. Serviette autour de la taille, torse poil, on a bien tenté de tester l’adhérence de ces semelles en milieu humide, mais ça c’était juste avant que notre gros hôte velu nous attrape par le col.





Today, we are heading to the majestic Bosphore’s shores. We chose Istanbul’s streets to test an urban icon: the Air Max 1. For this excursion in Ottoman land, more a cross-country than a promenade, we had not to be poorly shod. The mouth full of Döner, we wore out the shoes’ leather until exhaustion. And we can announce the verdict: Tinker Hatfield, the genius designer of the One, definitly knows how to pamper our feet.


First stop in front of Hagia Sophia basilica. Despite the uneven track, the Waffle heiress’ air cushions fulfiled his shock absorber’s function. Ok, we were exhausted but the break had to wait as we didn’t control our body any more: we walked with a “ghetto” step, to show off in hallways’s temple. After that, we definitely needed some rest. We decided to chill out in a typical Turkish bath, at Tophane. We tried to put to the test the grip of these non-slip soles in a wet zone, but our big hairy occupant didn’t agree with that.




Texte GM / Photos LTSE